︎









Bienvenue :-)

Selected works

2020. U_N_A_G_I - Installation
2019. P_O_N_G - Video mural
2019. C_E_N_O_T_A_P_H_E - Video Mural
2018. B_U_R_N_O_U_T - Sculpture
2018. G_R_E_Y_S_C_A_L_E - Drawings
2017. O_A_S_I_S_0_4_5_1_5 - Video Mural
2017. T_U_R_B_U_L_E_N_C_E - Installation
2016. L_O_G_O_R_R - Installation
2016. B_I_T_M_A_P_P_A_L_A_C_E - Drawings
2008. E_C_L_I_P_S_E - Hacking
Mark

-
Miroirs sans tain, medium, leds, kinect, raspberry, vidéoprojection, boucle sonore - Ligugé 2019
-
Unagi est un prototype d'installation audio-visuelle de Simon Lazarus développée en collaboration avec les Usines (Ligugé) dans le cadre des résidences d’artistes accompagnées par la DRAC Nouvelle-Aquitaine et Iilim (Paris).

Unagi, c’est l’histoire d’un mirage timide.
Nul si découvert, comme une ombre éclairée au flash.
Unagi est une installation qui diffuse une fresque vidéo interactive fragmentée dans l’espace.
L’image est décomposée en plans et répartie sur dans l’espace, offre un ballet de paysages oniriques dont l’aspect évoque le jeu vidéo, le dessin animé. Au fur et à mesure que le spectateur pénètre l’espace d’exposition et s’approche des totems, l’image danse, vacille, se décompose. La fresque se dérobe à la manière d’un rêve qui s’évanouit au petit matin. Une fois devant le totem, l’image disparaît alors totalement et ce qui semblait être des écrans se révèle être des miroirs, laissant le spectateur devant son propre reflet. Il doit s’éloigner pour faire progressivement revenir la fresque et replonger dans l’état de rêve.

Cette captation à été réalisée en sortie de résidence de prototypage aux Usines de Ligugé (86), merci à l'équipe des Usines pour leurs accueil et leur professionnalisme.
-

-
One-way mirror, medium, leds, kinect, raspberry, video-projection, sonic loop - Ligugé 2019
-
Unagi is an a-v installation prototype by Simon Lazarus, developped through a collaboration with Les Usines (Ligugé, France), the DRAC Nouvelle-Aquitaine artistic residencie program, and Iilim (Paris).

Unagi tells the story of a shy mirage. Void if discvered, like a shadow facing a spotlight.
Unagi is an audio-visuel installation prototype. It displays an interactive video mural fragmented in a room.
The image is sliced into planes and dispatched on totems through the exibition space. It shows a dreamlike ballet of figures and landscapes evoking psychedelic cartoons, animes and video-games.
While the viewer walks into the room and gets closer to the totems, the mural begins to fade away. Like as a dream in the morning. Once the viewer stands in front of the totem, the image has then totally desapeared, and what first seamed to be screens has become mirrors, leaving the viewer in front of his reflection.
He then has to walk away to make the mural reappear, and plunge back into the dreamstate.

This video was shot at the conclusion of my residencie at Les Usines. Thanks a lot for their professionalism and their worm welcome.
-



-

Fresque vidéo - 2000 x 2000 pixels - 2 minutes 30 - Lyon 2019
-
PONG est une itération du conte "La Perle", issu de notre performance MANITOU, remixé en vue d'un mapping architectural. Le batiment deviens ici le théatre d'une histoire alternative de la cosmogonie. Écrit et récité par Lætitia Troussel, et mis en musique par Joséphine Hurtu, il narre une romance cosmique en samplant des codes visuels issus de l'estampe, de la peinture minimaliste, de l'art cinétique et du jeux vidéo primitif.
Ce travail à été développé dans le workshop Vidéo-Mapping Émergence, puis présentée à la Fête des Lumières de Lyon en Décembre 2019.
Merci à Marie-Jeanne Gauthé, à l'école des Gobelins et à l'équipe de la FDL Emergence pour son accueil.



Video mural - 2000 x 2000 pixels - 2 minutes 30 - Lyon 2019
-
PONG is an adaptation from the tale "The Pearl", drafted from our performance MANITOU, remixed for an architectural video mapping. The building becomes here a theater stage for alternative history of cosmogonia. Written and spoken by Laetitia Troussel and sound designed by Joséphine Hurtu, it tells a cosmic romance, sampling visual aesthétique from japanese prints, minimal painting, op art and primitive video games.
This work has been developped through the Video-Mapping Emergence workshop and displayed at Fête des Lumières de Lyon in December 2019.
Thanks to Marie-Jeanne Gauthé, l'école des Gobelins, and the whole FDL Emergence team for their hospitality.





Vidéo générative sur écran de leds - Paris 2019
-
CENOTAPHE est un archipel de 12 pièces vidéo développée en collaboration avec Ivan Murit.
Invités par le collectif Iilim à travailler autour de la question de l'archive dans la création numérique, leur proposition prend la forme d'un générateur de mémorial.
Après une études des styles que prennent ces constructions à travers les siècles et les continents, ils créent un vocabulaire de formes et de textures qui sont ensuite modifiées et assemblées aléatoirement par un algorithme.
Les écrans affichent inlassablement les nouveaux monuments, confrontant l'idée de la mémoire et de recueillement à celle du flux et d'hyper stimulation (économie de l'attention).
Cette pièce à été diffusé à l'Ep7 en février 2019 à Paris.

CENOTAPHE à fait l'objet d'un article écrit par Marie Barbuscia pour Boumbang consultable ici > https://www.boumbang.com/ivan-murit-et-simon-lazarus


Generative video on led screen - Paris 2019
-
CENOTAPHE is an archipel of 12 generative video piece developped in collaboration with Ivan Murit.
Invited by curator collective iilim to work around the question of archive in the digital era, their answer take the form of a memorial generator.
After a study of the different shapes these constructions take trought the centuries and the continents, they created a corpus of architectural forms and digital textures that are then altered and combined by an algorythm.
The screens display untiringly the new monuments generated confronting the ideas of memory and contemplation with the concept of stream and hyper stimulation (economy of attention).
The piece has been displayed at Ep7 during febuary 2019 in Paris.



Découpe laser, bois, feu - 220 x 60 x 60 cm - Paris 2018
-
Icare et Prométhé sous Babel-backdraft
Construite avec du bois transformé en charbon, de la lumière et du feu, cette sculpture est un clin d'œil aux techniques traditionnelles de production énergétique sur lesquelles est bâtie notre civilisation.
Évoquant à la fois une architecture de cathédrale, une ruine industrielle et une structure d'art cinétique, c'est aussi une ode à la fragilité, et statement sur la poésie et la fascination que provoque un écroulement observé au ralenti.
"Et moi j'regarde le monde s'écrouler doucement" le poète a dit.
Cette statue à été conçu lors d'une résidence à SimplonLab
et présentée lors de l'exposition 🔍 APERCUT 🥊 qui s'est tenue à Paris en Juin 2018.
Photos > Merci Woody Van Tassel
Video > Merci Lucie

Lasercut, wood, fire - 220 x 60 x 60 cm - Paris 2018
-
Icarus & Prometheus Babel-backdraft
Using wood (turned into coal) light and fire in the crafting, this sculpture is a blink to our traditional energy producton techniques that supported our civilisation model.
Evoquing both castle architecture, industrial ruins and kinetic art sculpture, it is also a satement about how captivating slow motion collapsing can be.
"Therefore I peep the world slowly collapsing" the french poet Elie Yaffa said.
This statue was concieved during a residencie at SimplonLab
and displayed at the 🔍 APERCUT 🥊 show in june 2018 in Paris.
Photos > Thank You Woody Van Tassel
Video > Thank You Lucie
-



Mine de plomb sur papier 180g - 70 x 100cm - Paris 2018
-
GREYSCALE est une série de 3 dessins à la mine de plomb utilisant Autograph, un procédé d'estampe numérique développé en hackant un plotter. Il permet de faire tracer par une machine un fichier de dessin vectoriel, en y fixant un feutre ou un stylo.
Les logiciels de dessins vectoriels sont utilisés par les graphistes pour concevoir des logos ou des illustrations destinées a être largement diffusés via les écrans et par l’édition.
L’idée est ici de redonner un caractère unique et une matérialité physique à ces images conçues dans des esthétiques vectorielles.
A l’instar de la gravure, les tirages comportent des différences et le fichier est détruit après un nombre prédéfini d’exemplaires : il ne reste finalement que la trace du frottement de la mine sur le papier.
Ces dessins ont été conçus lors d'une résidence à SimplonLab
et présentée lors de l'exposition 🔍 APERCUT 🥊 qui s'est tenue à Paris en Juin 2018.
Photos > Woody Van Tassel


Pencil on 180g paper - 70 x 100cm - Paris 2018
-
GREYSCALE is a serie of 3 pencil drawings crafted using Autograph, a printing process that hacks a cutting plotter. It allows to use a machine to draw a vector design on paper, using a pen or a pencil.
The vector design programs are usually used by graphic designers to make logos or illustrations intended to be widely broadcast through screens and prints.
The idea is to bring back a “unique” feeling and a concrete materiality to images created with these vector aesthetics.
As with engraving, the prints feature small irregularities, and
after a certain number of prints, the file is destroyed : the only thing left is the aftermath of the pen lead scrubbing the paper.
This drawing was concieved during a residencie at SimplonLab
and displayed at the 🔍 APERCUT 🥊 show in june 2018 in Paris.
Photos > Woody Van Tassel